arrivée
début
N° d'Adultes
N° Enfants

Que faire dans Fano et Marotta? Notre hébergement vous guide pour découvrir la Marche

La côte Adriatique

Distance : 7 km
A 10 minutes en voiture, à environ 15 km vers le sud (péage autoroute A14). Senigallia,  la plage de velours de l’Adriatique est reconnue pour son tourisme et ses événements culturels. A ne pas manquer, le « Summer Jamboree » (les années 50 à l’honneur, l’évènement se déroule en plein été, toute la ville revit cette période mythique. Pour info www.summerjamboree.com)

Da visitare: il palazzetto Baviera, la Rocca Roveresca restaurata di recente, il palazzo del Duca, la chiesa della Croce, i portici Ercolani.

Pergola

Distance : 35 km
Fondée en 1234, dans une zone habitée depuis la préhistoire par les Ombriens, les Étrusques, les Celtes puis les Romains, Pergola est avant tout une ville d’art. Son centre est chargé d’histoire, son architecture est typique du Moyen Age avec des bâtiments en pierre, les maisons-tours, les ogivales et bas-reliefs, ainsi que de nombreux édifices religieux qui viennent témoigner de l’importance que la ville a eu lieu au fil du temps. A voir absolument: le « museo dei Bronzi Dorati e della Città di Pergola (Musée des Bronzes dorés de la ville de  Pergola)

Mondavio

Distance : 35 km
Dans les Marches, la forteresse de Mondavio reste encore aujourd’hui l’un des exemples les plus intéressants de l’œuvre de Francesco di Giorgio Martini (1439-1502), architecte siennois. Parvenue jusqu’à nous dans un excellent état de conservation, elle fût construite pour Giovanni della Rovere, en même temps que celle de Mondolfo (rasée au sol dans la seconde moitié du XIXe siècle). Elle fût édifiée entre 1482 et 1492. La majestueuse forteresse, imaginée et illustrée dans son Traité d’architecture civil et militaire, est dominée par un donjon principal dont la perspective fuyante n’a d’égale que ses angles saillants, elle est reliée à une tour massive et renforcée par une tourelle et, au-delà d’un pont, l’imposante entrée fortifiée.  Les formes sinueuses de la citadelle, ses immenses murailles qui surplombent de profondes douves auraient dû être agrandit par une ultérieure tour qui était prévue sur le versant occidental mais qui n’a finalement pas été réalisée. Elle est considérée comme un chef d’œuvre de l’architecture militaire de la renaissance. Elle formait une forteresse imprenable, une arme défensive où l’histoire a laissé des traces très profondes. Les intérieurs sont d’origine pour la plupart. Dans le donjon, les appartements du châtelain et les espaces résidentiels se situaient à l’étage non loin de l’accès aux armes à feu. Ses espaces sont actuellement destinés au musée et à l’exposition d’une précieuse collection d’armures et d’armes des forces militaires.

San Marino

Distance : 70 km
La République de Saint-Marin est un petit état d’Europe du Sud, dont les habitants sont les sammarinese. Il s’agit d’une enclave dans la République italienne située entre les régions d’Émilie-Romagne au nord-est et sud-est (province de Rimini) et les Marches à l’ouest et au sud-ouest (province de Pesaro et Urbino). Constituée en 1600, Saint-Marin est considérée comme la plus antique république du monde. Sa communauté est encore plus ancienne, remontant à 301 après J.-C. La République de Saint-Marin a un musée d’État qui expose de très grands chef-œuvres, notamment le fameux «Polittico di San Marino » (Polyptyque de Saint Marin) de Francesco Menzocchi, peintre de la renaissance, issu de l’école de Forlì. Il fût un temps conservé dans l’ancienne paroisse de Saint-Marin. On y trouve également des œuvres de Guercino, Pompeo Batoni, Elisabetta Sirani, Stefano Galletti, Michele Giambono, par Baccio Bandinelli, Tiburzio Passerotti et Bernardo Strozzi. Historiquement reconnues, vous pourrez aussi admirer les trois forteresses construites au sommet du Mont Titano.

Les Grottes de Frasassi

Distance : 75 km
Parfois l’eau s’infiltrant dans le sol atteint des roches calcaires, roches dont la particularité est de se dissoudre à son contact, créant ainsi des grottes extraordinaires, presque magiques. Ce que vous verrez est l’un des environnements les plus impressionnants que peut vous offrir un sous-sol, c’est l’immense Abisse Ancona (Abysse Ancone).

Parc de Monte Conero

Distance : 75 km
S ‘élevant à pic, à 572 mètres au-dessus de la mer, de Trieste à Gargano, le Mont Conero est en symbiose avec les villes d’Ancône, de Camerano et les stations balnéaires touristiques de Sirolo et Numana. Il est le cœur du Parc régional du même nom. Fondé en 1987, mais administré seulement depuis 1991 c’est une oasis écologique qui s’étend sur 5800 hectares de zone protégée, avec des endroits d’une grande beauté: la baie de Portonovo, la plage « delle due sorelle » (des deux sœurs), le belvédère nord, Pian Grande , Pian dei Raggetti … 18 sentiers de randonnée qui serpentent à travers arbousiers, genévriers, chênes, pins, dans la magie du maquis (appelé « la macchia mediterranea » en italien). On y rencontre un grand nombre d’espèces d’oiseaux, dont certaines sont rares, et la présence d’une riche faune. Les nombreuses plantes qui le compose sont protégées et représentent un tiers du patrimoine floristique des Marches. Au-delà des itinéraires spécifiques d’intérêt géologique, vous pourrez aussi admirer de nombreux témoignages artistiques : Santa Maria di Portonovo, San Pietro al Conero, l’Antiquarium sur la civilisation Piceno à Numana.

Urbino

Distance : 55 km
Très connu et visité, le Palais du Duc est caractérisé par les tourelles qui en délimitent la fraction postérieure. La maison de Raffaello (Raphaël, 1483-1520) se trouve au 57 de la rue qui porte son nom, on peut y admirer une fresque réalisée dans sa jeunesse, ainsi que les pièces et le mobilier de la maison où vécut le célèbre peintre. Il Duomo (le Dôme) de style néoclassique (réalisé par l’architecte Giuseppe Valadier) contient des tableaux de Federico Barocci. La facoltà di Magistero ed Economia (faculté d’Education et d’Economie) respectivement situées dans un ancien orphelinat et l’actuel palazzo Battiferri sont des exemples d’interventions architecturales modernes édifiées dans une zone urbaine antique, sans anachronismes ou « faux historique ». Les collèges universitaires, situés sur la colline des Capucins, sont pour la plupart considérés comme des chefs-d’œuvres des années soixante-dix de par la densité des significations qu’ils contiennent. (Architecte Giancarlo De Carlo).

Gola del Furlo

Distance : 45 km
Situé à la frontière sud-ouest de Fossombrone, le massif du Furlo est à mi-chemin entre la mer et les Apennins. La Gorge du Furlo, un sillon profond et étroit, qui sépare le Paganuccio Mt (976 m) du mont Pietralata (888 m). Il est caractérisé par des parois presque verticales ciselées dans le calcaire, au fond desquelles coule le Candigliano, un affluent du Metauro. Il détermine la limite administrative entre les quatres municipalités de la province de Pesaro-Urbino. Le Candigliano s’enfonce vertigineusement dans la dite gorge jusqu’à ce qu’au point le plus étroit de celle-ci où il se transforme en cascade en raison d’un dénivellement d’une dizaine de mètres. A cet endroit précis il a été construit un barrage bien visible depuis la route qui longe la célèbre Via Flaminia. Ses particularités géologiques ont rendu la gorge impraticable et constituent un élément de division au point de passage entre la vallée du Metauro et la partie intérieure de Burano, qui introduit vers le Passo della Scheggia et la Vallata del Tevere (la Vallée du Tibre). Depuis quelques années, cette région a été déclarée réserve naturelle nationale avec une superficie totale de 3.627  hectares.